Rubrique : La Presse

avril 8th, 2017 par La rédaction

Les dirigeants des deux premières puissances mondiales ont choisi de montrer une détente partagée dans la luxueuse villa de Mar-a-Lago du président-milliardaire, en présence de leurs épouses.

Au menu des discussions figuraient pourtant des sujets sensibles, notamment les différends commerciaux entre les deux pays et des dossiers d’actualité brûlante comme la Syrie et la Corée du Nord.

Sur ce dernier point, les États-Unis ont fait savoir qu’ils étaient prêts à «agir seuls» si nécessaire contre le régime de Pyongyang, a affirmé le secrétaire d’État américain Rex Tillerson.

«Le président Trump a indiqué au président Xi qu’il était favorable à toute idée que (…) la Chine pourrait avoir sur d’autres actions que nous pourrions entreprendre» contre la Corée du Nord, qui a tiré mercredi un missile balistique en mer du Japon, a poursuivi le ministre.

M. Tillerson s’exprimait à Mar-a-Lago à l’issue des deux jours d’un sommet au milieu duquel Donald Trump a décidé de frappes américaines en Syrie.

M. Trump a préalablement à cette action militaire prévenu son invité, dont le pays oppose régulièrement son veto à des résolutions de l’ONU prévoyant des sanctions contre le régime de Damas pour son utilisation d’armes chimiques.

Toujours au chapitre de la détente, deux des petits-enfants de Donald Trump ont récité devant Xi Jinping une mélodie traditionnelle chinoise, Fleur de Jasmin.

Les deux épouses des présidents, l’ancienne mannequin Melania Trump et l’ex-cantatrice Peng Liyuan, ont par ailleurs visité ensemble vendredi une école de West Palm Beach.

Le gendre de M. Trump, Jared Kushner, était également présent pour ce sommet. Le mari d’Ivanka Trump est crédité d’avoir oeuvré en coulisse pour rapprocher les deux leaders et permettre la rencontre.

Publié dans La Presse

février 12th, 2017 par La rédaction

«Je veux que tout le monde comprenne et soit conscient du fait que les États-Unis sont derrière le Japon, son grand allié, à 100%», a déclaré M. Trump dans une très brève allocution en Floride, sans aucune autre précision.

«Le dernier tir de missile de la Corée du Nord est absolument intolérable», avait déclaré quelques secondes plus tôt, depuis le même podium, le premier ministre japonais Shinzo Abe.

«La Corée du Nord doit respecter pleinement les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU», avait ajouté le dirigeant japonais, invité par M. Trump pour le week-end dans sa luxueuse résidence de Mar-a-Lago.

Selon Séoul, le missile, tiré depuis la base aérienne de Banghyon, dans l’ouest de la Corée du Nord, a parcouru environ 500 kilomètres puis est tombé dans la mer.

«Le type exact de ce missile balistique doit encore être déterminé», a indiqué à l’AFP un porte-parole du ministère.

Il s’agit du premier tir de missile balistique effectué par le régime de Pyongyang depuis l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis en novembre.

Pyongyang a mené en 2016 deux tests nucléaires et tiré plusieurs missiles balistiques.

Publié dans La Presse

février 11th, 2017 par La rédaction

«L’aspect malheureux c’est que ça prend du temps statutairement (de saisir à nouveau la justice, NDLR), mais nous gagnerons cette bataille. Nous avons aussi beaucoup d’autres options, y compris présenter simplement un tout nouveau décret», a déclaré le président aux journalistes qui l’accompagnaient à bord de l’avion présidentiel Air Force One.

Interrogé pour savoir s’il allait publier un nouveau décret, il a répondu: «Ça pourrait vraiment être le cas. Nous devons aller vite pour des raisons de sécurité, donc ça pourrait tout à fait être le cas».

«Énormes menaces»

Le président est resté cependant flou sur ce qu’il prévoit d’amender dans l’actuel décret: «Nous allons aller très fort sur la sécurité», a-t-il dit.

«On n’autorisera pas des gens qui veulent nous faire du mal à entrer dans notre pays, on autorisera l’entrée de plein de gens qui aiment notre peuple et feront le bien de notre pays», a déclaré Donald Trump au côté du dirigeant nippon.

Publié dans La Presse

décembre 16th, 2016 par La rédaction

La rumeur d’un déménagement de ce couple télégénique et très « glamour » court depuis dix jours, après que CNN eut rapporté qu’ils cherchaient une maison pour eux-mêmes et leurs trois jeunes enfants à Washington. Sans la confirmer directement, la porte-parole de Donald Trump, Kellyanne Conway, a tout fait pour l’accréditer jeudi devant les journalistes.

Le futur président américain a lui aussi conforté la rumeur en annonçant lundi qu’il allait passer les rênes de son entreprise à ses deux fils, Don et Eric, alors qu’il avait jusque là parlé de les passer à ses fils et à Ivanka.

Publié dans La Presse

novembre 19th, 2016 par La rédaction

Depuis son élection, Donald Trump a tout fait pour confirmer qu’il entendait continuer à faire jouer à sa famille un rôle primordial. Pendant sa campagne, le milliardaire s’était déjà beaucoup appuyé sur ses trois enfants Eric, Donald Junior et Ivanka, également très impliqués dans ses affaires. Et son gendre Jared, plus discret, n’a cessé de jouer un rôle croissant en coulisses.

« D’abord parler aux experts »

Une telle influence familiale sur les présidents américains n’a rien d’inédit, souligne Sam Abrams, professeur de sciences politiques au Sarah Lawrence College de New York: d’Eleanore Roosevelt à Michelle Obama, en passant par les familles Kennedy ou Bush, les épouses ou les enfants ont souvent joué un rôle important, même s’il était le plus souvent informel. Et la loi anti-népotisme n’a jamais empêché ça, note-t-il.

Publié dans La Presse