Rubrique : Le Figaro

février 17th, 2017 par La rédaction

Donald Trump a une nouvelle fois adopté un ton offensif, ce jeudi, pour sa première conférence de presse en solitaire à la Maison-Blanche. Le Républicain s’est d’abord exprimé en solitaire pendant près de quarante minutes. Le temps pour lui de faire un état des lieux du pays. «J’ai hérité d’une situation chaotique», s’est-il plaint. Il a ensuite répondu pendant environ une heure aux questions des journalistes, évoquant les soupçons de collusion de la Russie, la «malhonnêteté» de la presse, et son nouveau décret sur l’immigration. Le milliardaire a également nommé Alexander Acosta comme secrétaire au Travail.

Donald Trump va remplacer «la semaine prochaine» son décret interdisant provisoirement aux ressortissants de sept pays musulmans d’entrer aux États-Unis, a-t-il annoncé. Cette nouvelle version sera «tout à fait conforme» à la décision de la justice, qu’il a jugée «très mauvaise». «Nous pouvons ajuster le décret à cette décision et obtenir ce qu’on souhaite, peut-être même plus, d’un certain point de vue», a promis le président.

Publié dans Le Figaro

février 11th, 2017 par La rédaction

« Le lien entre nos deux nations et l’amitié entre nos deux peuples sont très, très profonds », a déclaré Donald Trump. « L’alliance entre les Etats-Unis et le Japon est la pierre angulaire de la paix et de la stabilité dans la région du Pacifique », a t-il ajouté.

Il a par ailleurs précisé que les échanges économiques entre les Etats-Unis et le Japon devaient être « libres » et « réciproques ».

Publié dans Le Figaro

février 2nd, 2017 par La rédaction

Le président a menacé de couper les financements fédéraux de l’université de Berkeley, où des manifestants ont violemment protesté la veille contre la venue d’un éditorialiste du site Breitbart.

« Si l’UC Berkeley ne permet pas la liberté d’expression et pratique la violence sur des personnes innocentes qui ont des points de vue différents – PAS DE FONDS FEDERAUX ? », a écrit M. Trump sur Twitter.

Scandant « faites-le taire », des centaines de manifestants, pour la plupart des étudiants, ont brisé hier soir des vitres sur le campus, mis le feu à des palettes en bois et jeté des pierres sur la police qui a répondu par des tirs de gaz lacrymogène.

Publié dans Le Figaro

février 2nd, 2017 par La rédaction

Un premier sondage publié mardi par l’institut Rassmussen montrait que 57 % des américains étaient favorables à «une interdiction temporaire des réfugiés venant de Syrie».

66% des sondés favorables à une limitation du nombre de réfugiés

Cependant, un autre sondage beaucoup plus sérieux publié par Reuters et réalisé par Ipsos, vient confirmer cette tendance. Selon cette enquête réalisée en début de semaine et publiée mardi, 49 % des personnes interrogées sont favorables au «Muslim Ban» contre 41 % qui y sont opposées. 10 % n’ont «pas d’opinion». La question est formulée ainsi: «Êtes-vous d’accord ou pas d’accord avec le décret que le président Trump a pris pour bloquer des réfugiés et interdire les gens venant de sept pays à majorité musulmane d’entrer aux États-Unis?» 26 % des personnes interrogés sont «totalement d’accord» et 22 % «d’accord». Le clivage entre Républicains et démocrates sur cette question est très élevé: 82 % des Républicains y sont favorables pour 23 % seulement des démocrates.

À la question «Faut-il interdire le pays aux musulmans pour prévenir le terrorisme?», sans référence directe au décret de Trump, 43 % se disent pour, contre 44 % favorables à l’accueil des réfugiés. Selon le même sondage, 66 % des personnes interrogées se disent favorables à une «limitation du nombre réfugiés autorisés à entrer dans le pays». Enfin, 31 % dessondés disent se sentir «plus en sécurité» depuis le décret Trump.

Publié dans Le Figaro

février 2nd, 2017 par La rédaction

Selon le quotidien américain, le président républicain des Etats-Unis a soudainement abrégé la discussion après avoir critiqué l’accord conclu par son prédécesseur Barack Obama pour accueillir des réfugiés relégués par l’Australie dans des camps controversés.

Des quatre conversations téléphoniques qu’il a eues avec des dirigeants étrangers samedi, « ça a été de loin la pire », aurait réagi Donald Trump peu de temps après avoir raccroché, selon le Washington Post.

Canberra avait en novembre négocié un « accord exceptionnel » avec l’administration Obama portant sur l’accueil d’un nombre inconnu des 1.600 migrants parqués dans les camps de rétention de l’île de Manus, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, et de Nauru, minuscule île du Pacifique.

« Vous y croyez ? L’administration Obama a accepté de prendre des milliers d’immigrés illégaux d’Australie. Pourquoi ? Je vais revoir cet accord stupide », a-t-il tweeté.

Publié dans Le Figaro

janvier 26th, 2017 par La rédaction

Le premier projet de décret comprend la création d’un comité chargé d’examiner dans quelles proportions chaque organisation devrait faire l’objet de ces coupes, selon le site du quotidien. Les États-Unis assurent 28% du financement des opérations de maintien de la paix menées par les Nations unies, dont le budget annuel est de 7,8 milliards de dollars. Le décret demande de ne plus contribuer financièrement à toute agence des Nations unies ou organisation internationale qui remplit un des critères mentionnés dans le document.

Ils concernent toute organisation qui a accordé un statut de membre à part entière à l’Autorité palestinienne ou à l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), qui soutient des programmes prenant en charge l’interruption volontaire de grossesse ou qui contrevient aux sanctions contre l’Iran ou la Corée du Nord. Pour les autres, le texte recommande « au moins 40% de baisse globale » de la contribution des Etats-Unis aux organisations internationales.

Le second projet de décret impose un moratoire sur l’ensemble des traités multilatéraux qui ne sont pas « directement liés à la sécurité nationale, l’extradition ou le commerce international », selon les termes du document consulté par le New York Times. L’accord de Paris sur le climat ne semble, à première vue, pas directement lié à l’un de ces trois sujets, ce qui pourrait le placer sous le coup du décret.

Publié dans Le Figaro

janvier 23rd, 2017 par La rédaction

Le nouveau président américain Donald Trump et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ont discuté des « menaces que constitue l’Iran » et sont convenus qu’une paix israélo-palestinienne ne pouvait être que « négociée directement », a annoncé dimanche la Maison Blanche.

Les deux hommes se sont téléphonés et « sont tombés d’accord pour continuer à échanger leurs points de vue sur une série de questions régionales, notamment les menaces que constitue l’Iran », a déclaré la Maison Blanche, donnant la première indication d’un durcissement de la nouvelle administration américaine vis-à-vis de Téhéran.

Publié dans Le Figaro

janvier 23rd, 2017 par La rédaction

« Nous pensons que nous pouvons réduire la réglementation de 75%, peut-être plus », a-t-il affirmé devant les journalistes en début de réunion, tout en assurant, sans autres précisions, que la sécurité des employés et la protection de l’environnement seraient garantis.

« Nous allons baisser les impôts de façon massive, à la fois pour la classe moyenne et pour les entreprises », a-t-il ajouté, martelant sa volonté de « faire revenir les emplois » aux Etats-Unis et de favoriser la production des produits sur le sol américain.

Parmi les dirigeants d’entreprises présents figuraient en particulier Mark Fields (Ford), Marillyn Hewson (Lockheed Martin), Alex Gorsky (Johnson&Johnson), Michael Dell (Dell), ou encore Elon Musk (SpaceX) et Kevin Plank (Under Armour).

« Le problème de de la réglementation que nous avons aujourd’hui est que vous ne pouvez rien faire (…) c’est devenu hors de contrôle », a-t-il ajouté. Avant d’avertir de nouveau les groupes prévoyant de délocaliser.

..

Publié dans Le Figaro

janvier 18th, 2017 par La rédaction

General Motors est le dernier géant en date à proclamer un investissement d’un milliard de dollars de plus cette année dans ses usines américaines «pour créer ou conserver 1500 emplois». Cette somme s’ajoute aux 2,9 milliards de dollars d’investissements déjà annoncés. Le clin d’œil à Donald Trump est évident: le numéro un américain de l’automobile souligne qu’il fera désormais faire dans le Michigan des tâches jusqu’à présent sous-traitées au Mexique. Ford, il y a quelques jours, a reçu un bon point de Trump pour l’abandon d’un projet d’usine au Mexique de 1,6 milliard au profit d’un investissement de 700 millions de dollars dans le Michigan. Fiat Chrysler, la semaine dernière, a claironné son investissement d’un milliard et sa création de 2 000 emplois supplémentaires dans le Michigan et l’Ohio.

Publié dans Le Figaro

janvier 18th, 2017 par La rédaction

« Le président élu est honoré de placer sa main sur des bibles qui ont un signification particulière à la fois pour sa famille et pour le pays », a indiqué son équipe mardi, précisant que la cérémonie serait menée par le président de la Cour suprême, John Roberts. La bible de Donald Trump lui a été offerte par sa maman en 1955.

En 2013, pour son deuxième mandat, Barack Obama avait également levé la main droite et posé la gauche sur deux bibles, celle utilisée par Abraham Lincoln lors de son investiture en 1861, et celle de Martin Luther King, fer de lance de la lutte pour les droits civiques dans les années 1950 et 1960.

Publié dans Le Figaro