Rubrique : Libération

avril 8th, 2017 par La rédaction

Les frappes ordonnées par Donald Trump sur la Syrie, reconnaissons-le, ont eu quelque chose de libératoire. Comme un soulagement après toutes ces années de laisser-faire. Bachar al-Assad pensait avoir carte blanche bien à l’abri sous le parapluie russe ? Eh bien non. Il a franchi la ligne rouge de trop. Et il a fallu que ce soit Donald Trump qui le lui signale. Comme quoi, être imprévisible a parfois un bon côté. Mais l’on ne peut s’empêcher de redouter la suite quand on sait à quoi ont mené par le passé les interventions américaines dans la région.

Montrer à Bachar al-Assad qu’il ne bénéficie plus d’aucune impunité, c’est bien, et il était plus que temps de le faire (l’inaction d’Obama sur ce dossier restera sur son bilan une tache que la population syrienne aura payée au prix fort). Mais il ne faudrait surtout pas laisser croire aux va-t-en-guerre de tous poils que c’est désormais open bar. Surtout pas rajouter de l’instabilité dans une région ô combien instable et risquer l’engrenage qui conduirait à un embrasement mondial. Non, il faut viser bien plus loin.

Publié dans Libération

janvier 26th, 2017 par La rédaction

C’est sa promesse la plus emblématique – et l’une des plus contestées : Donald Trump a lancé mercredi le chantier du mur à la frontière avec le Mexique. Lors d’une cérémonie au département de la Sécurité intérieure, le nouveau président américain a signé un décret ordonnant «la construction immédiate d’un mur physique» visant à «empêcher l’immigration illégale, les trafics de drogues et d’êtres humains, et des actes terroristes». Concrètement, le décret prévoit d’abord une phase de planification et la réalisation dans les six mois d’une étude sur l’état actuel de la frontière, longue d’environ 3200 kilomètres. Dans une interview à la chaîne ABC (sa première en tant que président), Donald Trump estime que les travaux de construction pourraient commencer «dans quelques mois».

Outre la construction du mur, le président républicain propose un net renforcement des moyens humains : 5 000 policiers frontaliers supplémentaires (une hausse de 24%), 10 000 agents d’immigration (+ 50%) et davantage de juges pour expédier le traitement des dossiers. Il veut aussi construire davantage de centres de rétention à proximité de la frontière, afin de rendre les expulsions plus rapides et moins coûteuses.

Après l’immigration illégale, Donald Trump devrait désormais s’atteler à l’immigration légale. Selon le New York Times, il pourrait réduire drastiquement (de 110 000 à 50 000) le nombre de réfugiés accueillis chaque année par les Etats-Unis. Aucun réfugié syrien ne serait accueilli jusqu’à nouvel ordre. Et toute admission de réfugié serait suspendue pendant quatre mois, le temps de revoir les procédures de sélection. L’accès au territoire américain serait également limité pour les détenteurs de visas en provenance d’Irak, d’Iran, de Libye, de Somalie, de Soudan et du Yémen.

Publié dans Libération