Donald Trump à Angela Merkel : « Je ne suis pas un isolationniste »

Premier à prendre la parole lors de leur conférence de presse commune, Donald Trump a d’emblée annoncé avoir « redit à la chancelière Merkel [s]on fort soutien à l’OTAN ». Lors d’un entretien téléphonique en janvier, M. Trump et Mme Merkel avaient souligné « l’importance fondamentale de l’OTAN ».

La dirigeante allemande a pour sa part assuré que « l’Allemagne devait augmenter ses dépenses » dans l’OTAN. « Nous nous engageons aujourd’hui à cet objectif de 2 % (du produit intérieur brut) jusqu’en 2024 », a-t-elle déclaré. « L’an dernier, nous avons augmenté nos dépenses de défense de 8 % et nous allons travailler à nouveau là-dessus », a ajouté la chancelière.

Commerce

« Je ne suis pas un isolationniste, je suis un partisan du libre-échange », a affirmé M. Trump, dont un des slogans est « America First », face à Mme Merkel, qui est à la tête d’une puissance exportatrice. Le président américain s’est empressé d’ajouter qu’il était également partisan « du commerce équitable », car « notre libre-échange a conduit à beaucoup de mauvaises choses » en matière de dettes et de déficits.
La dirigeant allemande a dit espérer la reprise des négociations commerciales entre l’UE et les Etats-Unis. Elle a également souligné que le « succès des Allemands » sur le plan de l’économie mais aussi sur les questions de sécurité et de paix « allait de pair avec » l’intégration européenne. « Je crois d’autre part que la mondialisation doit être façonnée avec un esprit ouvert », a poursuivi la chancelière.

Immigration

« L’immigration est un privilège, pas un droit. Et la sécurité de nos citoyens doit toujours passer en premier. Sans aucun doute », a déclaré le président républicain, faisant référence au rejet de son deuxième décret anti-immigration mercredi.

Le 18 mars 2017 par Le Monde