Donald Trump passe à l’offensive contre les frondeurs du Congrès

M. Trump est ainsi entré en guerre jeudi 30 mars contre l’aile droitière de la majorité conservatrice du Congrès. Dans un premier message sur son compte Twitter, M. Trump s’est montré menaçant : « le Freedom Caucus [le nom que se donne ce groupe d’une petite trentaine d’élus de la Chambre des représentants] va menacer la totalité du programme républicain s’il ne rejoint pas l’équipe, et vite. Nous devrons le combattre, comme les démocrates, en 2018 ».

Il s’est ensuite félicité, dans l’après-midi, toujours sur le même canal, de la publication dans la presse d’une tribune conciliante signée par l’un de ces élus, Ken Buck (Colorado). Cette dernière était en faveur d’un réexamen du projet de loi considéré par les frondeurs comme trop proche de celui mis en place par Barack Obama. M. Trump a également interpellé nommément les responsables du Freedom Caucus, dont le représentant de Caroline du Nord, Mark Meadows.

Pendant les brèves négociations sur cette réforme de santé, M. Trump avait déjà agité des menaces voilées à l’encontre d’élus récalcitrants. Sans succès. Accéder à leurs demandes aurait été impossible, des élus plus modérés risquant de se détourner d’un projet jugé déjà inacceptable par une partie des républicains du Congrès. Une poignée de radicaux s’était laissée fléchir. Un nombre cependant insuffisant pour atteindre le nombre de voix nécessaires à la Chambre.

Le 1 avril 2017 par Le Monde